mardi 22 décembre 2009

5e voyage No 7 SANTIAGO DU CHILI



5e voyage N° 7

Santiago

Lundi 9 novembre
Le voyant rouge toujours allumé, nous gagnons par l’autoroute toute neuve et peu fréquentée, avec plusieurs tunnels (péage 5 euros) la périphérie de la capitale, puis le luxueux et grand garage DITEC de Santiago, importateur des marques prestigieuses : Range Rover, Volvo, Jaguar, Porsche, ainsi que Land Rover dont il possède un stock important de pièces détachées qu’ils peuvent expédier si nécessaire partout au Chili et même en Argentine. Rendez-vous mercredi matin pour laisser le Land.

Jeudi 12 novembre
Bon anniversaire Marie-Paule ! qui atteint l’âge de la retraite et reçoit des messages de la famille et des amis. Merci à tous !

Vendredi 13 novembre
Le garage n’a pas la pièce nécessaire. Il faut attendre la semaine prochaine. En attendant, la cousine de 89 ans nous loge, nous dorlote et nous raconte avec malice plein d’histoires.

Les Chiliens sont serviables, toujours prêts à nous rendre service et nous adressent des gestes amicaux en nous disant parfois « Vive la France ».


Depuis notre dernier passage en début d’année, la capitale continue de se moderniser et de très hauts immeubles à l’architecture audacieuse et futuriste poussent partout et remplacent de plus en plus les agréables maisons aux jardins fleuris plantés d’arbres. Dans la ville, la végétation est omniprésente, on arrose beaucoup, les pelouses vertes sont impeccablement tondues et des arbres très nombreux ombragent les avenues, (beaucoup d’eucalyptus, de platanes et de palmiers). Santiago est très étendue. En périphérie, on trouve des résidences luxueuses et sécurisées, mais aussi quelques bidonvilles, peu à peu remplacés par des poblaciones, lotissements aux modestes petites maisons toutes mitoyennes bâties sur un terrain minuscule. Le Chili est un pays riche, mais les inégalités sont flagrantes.
Nous sommes impressionnés par la qualité du parc automobile, qui n’a rien à envier au nôtre. Les voitures et les 4x4 de luxe foisonnent.



Les centres commerciaux sont immenses on y trouve toutes les grandes marques.


Beaucoup s’interrogent sur le sexe des Land Rover. Doit-on dire un Land Rover ou une Land Rover ? C’est probablement pour le vérifier que ce véhicule est exposé en montrant son intimité…


Parmi les constructions modernes on trouve encore quelques vestiges de la colonisation espagnole, comme l’église San Francisco, au loin, achevée en 1628.


La circulation est facilitée par le tracé de la ville, généralement en quadras, et les avenues généralement à sens unique, permettent de rouler vite. En ville 60 km/h, mais parfois la vitesse est limitée à 70 km/h, ce qui se traduit en pratique par 80, voire plus, c’est très rapide compte tenu du trafic et de l’étroitesse des couloirs de circulation où les cyclistes ont peu de chances de survie. Les automobilistes les frôlent, alors ils roulent sur les trottoirs, risquant de percuter les piétons. Pourtant des vélos bleus en location existent dans certains quartiers, ils devraient faciliter ce mode de déplacement, mais les pistes cyclables sont trop rares.
Il y a peu de places de stationnement et le long des trottoirs c’est généralement impossible. Il faut trouver des parkings, parfois souterrains dans le centre.
Par contre, les automobilistes respectent les piétons qui veulent traverser. C’est d’autant plus remarquable que ça ne se fait pas dans les pays voisins, où l’automobiliste est roi.


Dimanche
Bombardé par les putschistes le 11 septembre 1973, le palais de la Moneda n’en conserve plus une trace, restauré sitôt après le coup d’Etat. Sous l’esplanade, un espace culturel, un musée sur Violetta Parra, des commerces et un cinéma.


La statue du président Allende devant le ministère de la Justice.

La cousine de Marie-Paule, Aline, qui a l’âge de nos enfants, est une actrice célèbre et très appréciée au Chili. Elle a tourné dans de nombreux films et dans des séries TV. Pour la première fois nous allons au cinéma dans ce continent pour voir son dernier film : « Turistas », où elle a le premier rôle. Excellent film, bien sûr ! Nous avons beaucoup aimé son naturel et sa simplicité, comme dans la vraie vie. En 2003 nous étions allés l’applaudir au théâtre.


Les élections présidentielles et législatives auront lieu mi-décembre et la campagne bat son plein avec une débauche de panneaux, d’affiches et de drapeaux. Dans la capitale, aux intersections ou sur les trottoirs, des milliers de portraits des candidats tentent d’inciter à voter pour eux. Quel gâchis et quelle horreur ! Pour dépenser autant il faut que les intérêts en jeu soient considérables.
Observez bien les affiches. Un petit-fils de Pinochet est candidat depute.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire